Rhinoplastie secondaire

La première rhinoplastie devrait idéalement être la dernière...
Les rhinoplasties sont les opérations les plus complexes en chirurgie esthétique pour de nombreuses raisons, notamment la technicité de l’acte, mais aussi la difficulté de contrôler parfaitement l’évolution du nez dans le temps. Par ailleurs, le moindre défaut se voit et ne peut pas se cacher.

Les rhinoplasties secondaires sont encore plus compliquées

____________________________________________________________________


... car il s’agit de reconstruire ou de réparer un nez qui a été déjà opéré. Il est parfois impossible de savoir dans quel état sont les structures osseuses et surtout cartilagineuses sous la peau, et la dissection peut être extrêmement difficile.

  • La peau et les tissus sous cutanés du nez peuvent avoir été abimés, fragilisés ou indurés. 
  • Les cartilages sont souvent affaiblis ou altérés, déformés, déviés. 
  • Les os peuvent avoir été enfoncés, trop rapprochés ou pas assez, ou de façon asymétrique. 
  • Les structures impliquées dans la respiration nasale peuvent avoir été endommagées. 

Enfin, psychologiquement, les patients ne sont plus dans les mêmes conditions que pour une première opération, et un manque de confiance, un excès d’information, ou une attente exagérée peuvent rendre difficile une nouvelle opération.

 

Les rhinoplasties secondaires sont encore fréquentes et représentent environ les deux tiers de l'activité du Dr Gerbault.

____________________________________________________________________


Il s'agit de ré-opérations destinées à corriger l'aspect "raté" à la suite d'une ou de plusieurs rhinoplasties, ou à corriger des difficultés respiratoires consécutives à une rhinoplastie.

Cette chirurgie esthétique ou fonctionnelle du nez est presque toujours beaucoup plus délicate et complexe qu'une première rhinoplastie, et nécessite d'avoir recours à un chirurgien expert en rhinoplasties secondaires.

Les défauts les plus fréquemment observés justifiant une rhinoplastie secondaire

____________________________________________________________________
 
  • Des résections des os trop importantes (nez trop creusés) ou pas assez (bosse persistante, nez trop large...)
  • Des résections des cartilages trop importantes (nez trop étroit, déformation du milieu du nez en V inversé, pointe pincée, aspect en bec de corbin, rétraction des ailes du nez....) ou pas assez (pointe trop large ou trop proéminente, visibilité de l'intérieur des narines...)
  • Des asymétries du nez, pouvant survenir à tous les niveaux. Elles peuvent être liées à des gestes faits de façon asymétrique, à une déviation de la cloison non corrigée, à des asymétries préexistantes non prise en compte...
  • Des creux visibles et/ou palpables des os ou des cartilages

Ces défauts peuvent donner un aspect de nez trop petit, trop raccourci, trop remonté, ou au contraire de nez trop long avec une pointe tombante, de nez tordu, de nez dis-harmonieux...

____________________________________________________________________


Qu'ils soient légers ou plus importants, ces défauts sont toujours visibles et nécessitent une rhinoplastie secondaire au bloc opératoire sous anesthésie générale.

Dans le cas de défauts marqués, des greffes doivent fréquemment être prélevées, soit dans le nez, soit au niveau des oreilles, soit sur une côte, parfois également sous le cuir chevelu.

Ces opérations peuvent parfois durer jusqu'à 5 heures dans les cas le plus complexes.

 

Ces différents défauts sont détaillés en image dans la partie des cas cliniques consacrés aux rhinoplasties secondaires.